Avec Impulsion, renforcez vos compétences et visez l’emploi !

Avec Impulsion, renforcez vos compétences et visez l’emploi !

IFRA

Impulsion, une formation spécifique pour les demandeurs d’emploi

Impulsion est une formation à destination des personnes en situation de fragilité au regard du marché du travail et pour lesquels les ingénieries pédagogiques classiques n’ont pas permis de développer les compétences nécessaires à la qualification, voire, ont installé une défiance vis-à-vis de tout processus formel d’apprentissage. Et pour lesquels l’accès direct à une formation certifiante ou professionnalisante n’est pas envisageable. Cette nouvelle offre de formation fait partie du programme PIC (Plan d’Investissement dans les Compétences). L’IFRA, en partenariat avec l’Afpa et le Greta de l’Ain, est en charge du dispositif dans le département de l’Ain.

Les objectifs visés par Impulsion sont les suivants :

      • Redessiner son avenir professionnel et retrouver un emploi ou intégrer une formation
      • Acquérir de nouvelles compétences
      • Renforcer ses connaissances numériques

L’action de formation Impulsion permet de rendre le stagiaire acteur de sa formation et de son projet, maîtriser le socle de connaissances et de compétences professionnelles préalables à l’accès à une formation qualifiante ou à l’emploi, de renforcer ses savoirs-être et développer son estime de soi, de préparer son insertion sur le marché de l’emploi et d’apprendre à utiliser les outils numériques. Pour atteindre ces objectifs, 6 formations socles sont proposées :

        • CléA
        • Soft Skills
        • Découverte des métiers
        • Compétences numériques
        • Construction du projet professionnel
        • Citoyenneté

La formation Impulsion est modulaire et individualisée en fonction des objectifs et du but professionnel établi au préalable lors de l’entretien. Un coaching est proposé tout le long du parcours pour réussir à atteindre les objectifs. Une formation en situation de travail de deux semaines est également proposée durant la formation pour parfaire sa posture professionnelle et pour développer ses compétences sur le terrain. Un suivi post-formation vient clôturer la formation pour accompagner le stagiaire jusqu’à son insertion professionnelle ou son entrer en formation.

L’IFRA dispense ce parcours uniquement sur le département de l’Ain (01), dans ses centres de Bourg-en-Bresse, Ambérieu-en-Bugey et Oyonnax.

Témoignage : Aline présente l’atelier créatif proposé à Cultur’ailes

Témoignage : Aline présente l’atelier créatif proposé à Cultur’ailes

IFRA

Témoignage : Aline présente l’atelier créatif proposé à Cultur’ailes

Les 16 et 23 octobre 2020, Cultur’ailes a accueilli Josiane Partouche pour animer un atelier créatif dans le cadre de son projet professionnel. Actuellement en parcours socio-professionnel « Coach en développement personnel », Josiane a mis en place deux séances créatives pour Cultur’ailes.

Six participants ont eu l’opportunité de réveiller l’artiste qui sommeillait en eux. Que feriez-vous si l’on vous empêchait de créer ? Magazines récupérés çà et là, ciseaux, colles et crayons de couleur, chacun a pu faire preuve d’imagination et exprimer son propre talent. Les réalisations ainsi achevées ont donné lieu à un temps d’échanges et de transmission au sein du groupe. Tous ont pu relater avec émotion des parcours de vie et s’étonner de pouvoir en parler avec plaisir, évoquer leurs ressentis : le voyage, le cri, la coupe du vainqueur, la cuisine locale, le sport ou bien le métier désiré.

Cet atelier a pu apporter aux participants, un moment de détente, de liberté et de plaisir à communiquer, d’ouverture vers les autres. Petit carnet en main, ils étaient invités à poursuivre l’expérience artistique sous la forme de l’écriture, du collage ou du dessin. Porte ouverte sur un autre atelier que Josiane souhaite proposer à Cultur’ailes. 

Les tableaux resteront exposés quelques jours dans les locaux de l’IFRA, avant de rejoindre leur propriétaire. Un grand merci à Josiane pour son implication et cet atelier « sur-mesure » et ainsi donner un peu plus de « couleurs » aux permanences hebdomadaires.

Aline Margery, Référent de l’action Cultur’ailes

L’action Cultur’ailes

Cette action a pour objectif de situer les participants en tant qu’acteur indépendant de façon à favoriser :

  • Le développement de leurs compétences en lien avec la pratique artistique et leur insertion professionnelle
  • Un enrichissement personnel via le culturel
  • La prise de conscience face à un parcours antérieur
  • Les liens sociaux notamment la capacité à travailler en équipe
  • L’autonomie et le sens critique

Les actions Cultur’ailes sont basées sur des rencontres avec des artistes, des temps d’échange autour d’un thème ou d’un débat, des ateliers artistiques ou encore des sorties dans des institutions culturelles ou spectacles.

Nos stagiaires bénévoles au Festival Lumière 2020

Nos stagiaires bénévoles au Festival Lumière 2020

IFRA

Nos stagiaires bénévoles au Festival Lumière 2020

Le festival mis en Lumière

Depuis 2009, le mois d’octobre lyonnais est rythmé par le festival Lumière. En cette année particulière, les membres de l’organisation ont décidé de maintenir le festival, qui a accueilli plus de 200 000 visiteurs en 2019. Cette année, le festival soufflait sa 13ème bougie du samedi 10 octobre au dimanche 18 octobre 2020.

Ce festival est le rendez-vous incontournable des professionnels et des cinéphiles qui rendent hommage à la ville natale du grand écran. Au gré des différentes salles de projection de la ville berceau du cinéma, le festival propose la projection de nombreux films cultes ou en avant-première. Afin de toucher un large public, c’est la quasi-totalité des salles de cinéma de l’agglomération lyonnaise qui participent à cet événement.

Des stagiaires bénévoles impliqués tout au long du festival

Le festival fait appel chaque année à de nombreux bénévoles. En 2019 c’est près de 830 personnes qui ont donné de leur temps pour participer à l’organisation de cette semaine d’événement. Être bénévole c’est participer à l’organisation générale du festival et à sa préparation : accueillir le public dans les salles, sur le village du festival, aux Nuits Lumière, conduire les invités dans toute la ville et l’agglomération ou encore participer aux actions de diffusion et de communication.

Pour ces missions, Grand Lyon Film Festival tient particulièrement à donner la chance aux réfugiés, demandeurs d’emploi et jeunes dans le cadre de l’aide à l’insertion professionnelle. Effectivement, cette lutte pour l’intégration tente à permettre aux personnes réfugiées de se rapprocher de l’emploi. Cette optique permet à des personnes étrangères, une immersion en langue française et une ouverture culturelle. Le dispositif d’insertion professionnelle s’ouvre à de nouveaux publics d’année en année tel que les bénéficiaires du RSA, les sortants de prison, les personnes en situation de handicap ou encore les mineurs placés (aide sociale à l’enfance, MNA, PJJ).

Le principe est de proposer aux personnes accompagnées par des structures d’insertion d’être intégré aux équipes de bénévoles du festival. Ces personnes prendront alors le statut de stagiaire ou de bénévole pour des missions de 12 à 35 heures.  

Pour organiser ces festivités, 6 stagiaires du groupe Une Clé à l’Emploi de l’IFRA ont donné de leur temps pour être bénévole sur le festival. Durant cette semaine, chacun remplit ses missions avec efficacité et enthousiasme ce qui leur permet de développer des relations, de prendre confiance en soi en améliorant son estime personnelle et de travailler sur sa mobilité, son efficacité au travail ou encore, sa rigueur.

Bien que le festival débute le 10 octobre, les stagiaires bénévoles ont été sollicités quelque temps avant. Dès le mois de septembre, tous les bénévoles présents sur le festival se sont rencontrés à l’Institut Lumière lors d’une présentation de l’Institut, du festival et des missions proposées. Durant la semaine du festival, les bénévoles ont été missionnés pour accueillir les publics en boutique ou dans les différentes expositions. Ces séances de bénévolat permettent à nos stagiaires d’augmenter leur employabilité en développant de nombreux soft skills.

Grand Lyon Film Festival a saisi ce besoin de bénévolat pour en faire un dispositif d’insertion sociale et professionnelle envers les personnes les plus fragilisées dans ces domaines. Nous soulignons leur engagement auprès de nos stagiaires et les remercions pour l’accueil qu’ils leur ont réservé.

Plus d’infos sur le Festival Lumière 

L’IFRA et CléA rejoignent le CIDFF pour offrir un accès à l’emploi aux femmes fragilisées

L’IFRA et CléA rejoignent le CIDFF pour offrir un accès à l’emploi aux femmes fragilisées

IFRA

L’IFRA et CléA rejoignent le CIDFF pour offrir aux femmes fragilisées un accès à l’emploi

Pour tenter de réduire les inégalités hommes-femmes, l’IFRA s’associe avec le CIDFF. Ensemble, ils proposeront aux personnes suivies un parcours CléA.

Mieux connaître ses droits pour réduire les inégalités

Le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles du Rhône (CIDFF) est une association Loi 1901, à but non lucratif. Elle est chargée de faire réduire les inégalités hommes-femmes via l’accès aux droits, l’accès à l’emploi et à la formation, la lutte contre les violences sexistes, … L’association met en place des actions de façon à faire évoluer les mentalités. Ses actions sont basées sur le principe d’égalité entre les femmes et les hommes, élément essentiel de toute société démocratique basée sur des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

Bien que ce principe d’égalité soit aujourd’hui juridiquement acquis et inscrit dans les textes, l’observation des faits démontre une réalité plus nuancée. Certains acquis restent fragiles et des inégalités de traitement entre femmes et hommes demeurent. Que ce soit en matière d’accès à la formation, d’accès à l’emploi, pour la santé ou encore la parentalité, les membres des CIDFF donnent leur maximum à transmettre l’information sur les droits pour les femmes et ainsi minimiser les différences. Les membres des CIDFF s’engagent depuis 1974, à informer ses femmes, gratuitement, confidentiellement, mais surtout de manière personnalisée, dans un cadre de neutralité politique et confessionnelle.

Leur approche est engagée. Les membres des équipes CIDFF souhaitent s’éloigner de l’actuelle analyse neutre des faits sociaux en faisant parvenir aux pouvoirs publics les éléments d’analyse issus de l’activité d’information. Ils souhaitent intervenir sur l’ensemble des problématiques rencontrées de manière transversale et globale.

Le CIDFF du Rhône possède un Agrément National des « Centres d’Information sur les Droits des Femmes » et est Adhérent à la Charte du réseau national des CIDFF. Il est lié par une convention de partenariat avec l’Education Nationale et est un Établissement d’Information et de Consultation ou de Conseil Familial. Les missions des CIDFF s’inscrivent dans un cadre réglementaire précis et une démarche contractuelle.

Les missions du CIDFF ne préjugent pas du développement d’autres activités répondant aux besoins du public, des partenaires locaux et des institutions, dans le cadre des projets associatifs locaux et en cohérence avec le projet associatif national.

La feuille de route arrête les priorités nationales, validées par l’administration centrale des droits des femmes et de l’égalité, priorités que le CIDFF s’est fixé au regard de la convention annuelle d’objectifs. Ce document précise également les actions et les réflexions dans lesquelles le réseau CIDFF est invité à s’engager.

Un tremplin pour l’accès à l’emploi

CléA, est la première certification interprofessionnelle élaborée par les partenaires sociaux. Nous en parlons souvent, elle sécurise le parcours professionnel des salariés et développe la compétitivité des entreprises.

Qu’elles soient demandeurs d’emploi ou salariées, les personnes peu qualifiées, sans certifications professionnelles ou fragilisées socialement par les évolutions économiques peuvent aujourd’hui rester en contact avec l’emploi et renforcer leur employabilité grâce au certificat CléA. Les candidats sont pris en main et reçoivent un suivi personnalisé. Cette certification est reconnue dans tous les secteurs. Elle concerne prioritairement 3 à 4 millions de salarié.e.s ou demandeur.se.s d’emploi peu qualifié.e.s. Le certificat CléA est unique et identique pour tous les secteurs professionnels, il ne comporte pas de niveau ni de grade. Les candidats sont pris en charge et accompagnés. Ils accèdent à une démarche outillée et pilotée par un réseau d’acteurs dont le rôle et les missions sont clairement définis.

« Ces connaissances et compétences sont également utiles à la vie sociale, civique et culturelle de la personne » Article D.6113-31 du Code du travail.

En effet, le certificat CléA reconnaît surtout l’implication des personnes. Il valorise les efforts menés tout au long de cette démarche volontaire et prouve aux potentiels recruteurs la tenue professionnelle des bénéficiaires. Relever les points forts plutôt que stigmatiser les manques est l’objectif de cette certification. L’évaluation préalable présente la première étape dans la démarche de certification. Elle permet de mettre en lumière ses compétences et connaissances actuelles. C’est au cours de cette première étape que les besoins en formations et/ou remises à niveau seront identifiés. Le projet CléA pourra alors être établi.

Les connaissances et compétences liées à CléA sont une base suffisante pour permettre aux personnes certifiées de suivre une remise à niveau, des formations, ainsi de continuer à apprendre tout au long de leur parcours professionnel de manière à s’adapter aux évolutions dans tous les domaines et secteurs d’activité. Le parcours CléA est un réel accompagnement pour les entreprises puisqu’il constitue un outil d’accompagnement de leurs salariés dans une démarche globale, depuis l’identification des besoins en compétences jusqu’à la mise en œuvre de la certification.

Une collaboration vers le monde de l’emploi

Principalement femmes fragilisées voire victimes de violences, les personnes suivies par le CIDFF font preuve d’un manque de confiance certain. Ainsi, le rôle du CIDFF est de les informer sur leurs droits, notamment les droits d’accès à la formation.

Pour offrir à ces personnes l’accès à l’emploi, la certification CléA permettra de leur donner de nouveau confiance et d’accéder à des formations ou des remises à niveaux par la suite. Ces personnes seront alors en mesure de solliciter des plateformes de recrutement et de relancer leur vie professionnelle.

Le certificat CléA est un réel tremplin pour accéder à une vie professionnelle et redonner confiance. Les personnes qui en bénéficient font le choix de réaliser ce parcours certifiant dans une volonté de consolidation d’estime et de confiance en soi, d’acquisition d’un outil supplémentaire qui les aidera dans leurs démarches prochaines pour un accès à l’emploi et/ou un parcours complémentaire de formation professionnelle.

L’IFRA et le CIDFF travaillent en collaboration pour assurer la réinsertion professionnelle de ses femmes fragilisées. Ensemble, ils participent à la réduction des différences liées aux genres, redonnent confiance à de nombreuses personnes et participent à l’essor du monde professionnel.

COVID-19 : le maintien de nos formations à distance

COVID-19 : le maintien de nos formations à distance

IFRA

COVID-19 : le maintien de nos formations à distance

Depuis le 11 mai, la France se déconfine ; cependant nos centres de formation demeurent fermés au public : la réouverture sera progressive afin de garantir la sécurité des stagiaires et des collaborateurs.
Dès le début de la crise sanitaire, nous nous sommes mobilisés pour maintenir une continuité pédagogique par tous les moyens efficients et pertinents. C’est dans cette optique que nous avons conçu des solutions de formation à distance, encore privilégiées à ce jour.
 

 

La réactivité immédiate

Nous vous en parlions le 27 avril dans notre dernier article, qu’en tant qu’opérateur de la Métropole de Lyon pour l’accompagnement des bénéficiaires du RSA et des demandeurs d’emploi, nous avons mis en place un plan de continuité de l’activité d’accompagnement individuel. L’activité socio-professionnelle n’a pas été la seule à bénéficier d’un tel maintien.

En effet, le service ingénierie IFRA, avec l’appui de Léo Lagrange Formation travaille depuis le 20 mars au développement d’une plateforme Moodle : https://ifra.leolagrange-formation.fr, permettant aux stagiaires équipés (ordinateur, tablette, smartphone) de poursuivre leur formation à distance. A ce jour, plus de 30 groupes en métiers du tertiaire, vente, FLE et DEAP poursuivent leur formation à distance. Cette plateforme est opérationnelle depuis début avril et propose :

  • Des ateliers thématiques à la journée (outiller sa candidature, préparer l’entretien d’embauche…
  • Des parcours certifiants : préparation aux métiers de la vente, de l’aide à la personne, de la gestion de paie et de la comptabilité
  • Des formations de français langue étrangère

Le travail réalisé par les équipes, ingénieurs pédagogiques et formateurs, est remarquable : tous ont fait preuve d’agilité pour relever le défi de déployer une offre de formation à distance de qualité. Ces adaptations à distance et le développement de chaque module nécessitent un back-office en ingénierie pédagogique important, en particulier en Français Langue Étrangère.

La solution en ligne proposée aux stagiaires privilégie le mode synchrone, c’est-à-dire que lors de chaque séance les stagiaires :

  • Retrouvent leur formateur et leurs camarades dans des classes virtuelles qui permettent des échanges directs, favorisant l’interactivité et la convivialité
  • Réalisent des activités en semi autonomie : les stagiaires peuvent à tout moment interpeller le formateur via un chat (messagerie instantanée) pour bénéficier d’explications, d’aiguillage, de guidance…

La priorité est de favoriser la participation de tous les stagiaires ; c’est pourquoi chacun est accompagné à la prise en main de la plateforme, l’objectif étant de limiter autant que possible les risques de fracture numérique. Quelques stagiaires ont tout de même été contraint de faire le choix d’attendre le retour du présentiel.

____________

« Si j’avais beaucoup d’appréhension avant de commencer la formation à distance, plus le temps passe, plus je trouve qu’il y a beaucoup d’avantages dans ce type de formation. » mentionne Nicoleta Oanea, formatrice AFC FLE.

 

La formation à distance

Les salariés mobilisés pour animer ces formations à distance ont découvert à vitesse grand V de nouvelles modalités de formation et les éventuelles craintes ont vite été balayées. Une révolution dans nos pratiques et le bilan est positif !

____________

«  Pour la réalisation des ateliers que nous mettons en œuvre pour Pôle Emploi, il y a un fort engouement de la part des participants : certains rencontrent des difficultés de connexion parce que leur équipement n’est pas toujours performant, mais tous ont une réelle volonté de participer et de bénéficier des différents apports de cette prestation à distance. » souligne Tanguy Dubourguet, animateur Ateliers

 

____________

« Aujourd’hui l’avantage principal de la formation à distance est certainement la flexibilité sur l’organisation des séances de formation ! Alterner entre classe virtuelle et travail en semi-autonomie est également un point essentiel et avantageux. » ajoute Quentin Marlhens, formateur AFC Vente.

 

____________

 « C’’est une réelle opportunité d’améliorer l’efficacité et la richesse de l’enseignement. Dans ce fabuleux projet j’apprécie l’objectif construit ensemble pour répondre aux besoins et aux attentes de nos stagiaires à distance ; dépasser leur capacité d’apprentissage et de promouvoir des interactions, le dialogue, le débat et l’échange interculturel. » précise Elena Jamet, formatrice OFII.

 

____________

« La FAD est bénéfique pour les stagiaires car elle leur permet de continuer leur formation et de garder un lien avec le formateur et l’organisme de formation. Un autre effet bénéfique : les stagiaires apprennent à se servir de l’outil numérique à travers la classe virtuelle. Ils sont plus autonomes maintenant. » précise Charlotte Delstein, formatrice OFII

 

Même si un retour en formation présentielle est désormais possible, l’ouverture de tous nos centres suivra un plan de reprise progressif afin de garantir des conditions sanitaires satisfaisantes pour accueillir les apprenants.

Cette crise a engendré de nombreux inconvénients mais nous en retirons le bénéfice de la formation à distance. Cette modalité pédagogique va perdurer pour s’inscrire dans nos pratiques ; notre offre formative digitale va ainsi évoluer et se développer au bénéfice des parcours de formation du « monde d’après ». 

La continuité de l’activité socio-professionnelle

La continuité de l’activité socio-professionnelle

IFRA

La continuité de l’activité socio-professionnelle

[COVID-19] A l’heure où le confinement touche à sa fin, la mobilisation de nos équipes et partenaires restent dominante. La formation est aussi un secteur fortement impacté par cette crise et des moyens sont déployés tant que possible pour assurer un maintien de l’activité ainsi qu’une continuité pédagogique. L’IFRA, opérateur de la métropole, tient à la nécessité de répondre aux besoins des bénéficiaires du rsa et des demandeurs d’emploi dans leur accompagnement vers l’emploi.

Des solutions mises en place

Conformément aux consignes du gouvernement et afin de respecter toutes les dispositions pour sensibiliser et préserver la santé de notre public et de nos collaborateurs.trices, tous les centres IFRA sont fermés au public depuis lundi 16 mars 2020. 

Dans ce contexte de crise sanitaire exceptionnelle, l’IFRA, opérateur de la Métropole de Lyon pour l’accompagnement des bénéficiaires du RSA et des demandeurs d’emploi, a pu rapidement mettre en place un plan de continuité de l’activité d’accompagnement individuel. Cette continuité a été fortement facilitée par l’organisation établie avec près de 85 % des chargés de mission en télétravail (partiel) à compter du 1er avril. Des solutions de substitutions sont ainsi mises en place : les  entretiens individuels sont organisés par téléphone et les réunions entre collaborateurs.trices en visio-conférence. La prise de contact est ainsi facilitée et le lien avec les conseillers est maintenu. Des démarches d’insertion se poursuivent également tant sur la partie formation que l’emploi, avec l’appui notamment des différents partenaires du territoire : MMIE, Pôle Emploi, les associations…

De la remise à niveau vers la réussite

De la remise à niveau vers la réussite

IFRA

De la remise à niveau vers la réussite

Depuis plusieurs semaines, des salarié.e.s du CCAS de Grenoble suivent une remise à niveau pour atteindre plusieurs objectifs. Zoom sur un projet né fin 2019.

L’émergence d’un projet

Au sein d’une commune, il existe un établissement public dont le rôle est de venir en aide aux personnes les plus fragiles. Cet établissement s’appelle le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS). Les CCAS constituent l’outil principal des municipalités pour mettre en œuvre les solidarités et organiser l’aide sociale au profit des habitants de la commune. Ainsi, les CCAS ont pour rôle de lutter contre l’exclusion, d’accompagner les personnes âgées, de soutenir les personnes souffrant de handicap et de gérer différentes structures destinées aux enfants.

En septembre 2019, l’IFRA est sollicité par le CCAS de la Ville de Grenoble, pour mettre en place une remise à niveau. Destinée dans un premier temps à une salariée de crèche souhaitant passer le concours d’auxiliaire de puériculture en 2020, la demande s’est très vite étendue. En effet, suite à un processus de recrutement en contrat PEC, le CCAS fait état d’une quinzaine de salariés souhaitant s’orienter vers la petite enfance, le CAP accompagnant.e éducatif.ve Petite Enfance (AEPE) et le diplôme d’Etat d’auxiliaire de puériculture (DEAP).  

Créé en 2018, le contrat PEC est un dispositif visant à favoriser l’embauche et la formation de personnes sans emploi : il remplace les contrats aidés. Aussi, l’employeur qui recrute en contrat PEC doit respecter certains engagements et entre autres :

  • La mise en place d’un accompagnement spécifique pour le salarié recruté en contrat PEC : aide à la prise de poste, construction du projet professionnel, aide à la recherche d’emploi à la sortie, etc.
  • La mise en place des actions de formation : pré-qualification, période(s) de professionnalisation, VAE, etc.

Pour les salarié.e.s du CCAS, travailler en crèche leur permet d’acquérir de l’expérience, nécessaire au passage en candidat libre au CAP accompagnant.e éducatif.ve petite enfance (AEPE) ou du diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture (DEAP). C’est par une première réussite que l’IFRA est de nouveau sollicité par le CCAS pour réaliser une remise à niveau de 15 salariés de crèches différentes.

Une remise à niveau individualisée

Sous l’impulsion de Claire Giolito, chargée de formation et DRH / Pôle Accompagnement des Collectifs au CCAS de Grenoble, quinze salarié.e.s saisissent l’opportunité d’une remise à niveau et participent dans un premier temps à une information collective.

Durant cette même journée, les salarié.e.s réalisent des tests de positionnements en français, mathématiques et biologie. Ces tests sont suivis d’un entretien individuel permettant à nos équipes de prendre connaissance du parcours de chacun et d’évaluer leurs motivations.  Par ce premier bilan, c’est ainsi qu’une durée de formation individuelle est soumise au CCAS.

Depuis le 13 janvier 2020, c’est avec plaisir que nous accompagnons ces salarié.e.s en formation individualisée a raison de 3,5h à 7h par semaine, selon leur niveau, leur qualification initiale et leur projet de formation.

L’objectif de cette remise à niveau, qui prendra (initialement) fin en juin 2020, est de permettre aux salarié.e.s de travailler sur les prérequis et les matières socle du concours. Le travail sur ces matières leur donne également un clair avantage pour leur future formation qualifiante. Réussite reste donc le maître-mot.

L’IFRA et l’EPIDE : un nouveau partenariat

L’IFRA et l’EPIDE : un nouveau partenariat

IFRA

L’IFRA et l’EPIDE : un nouveau partenariat

La naissance d’une collaboration

En janvier 2019, un nouveau partenariat est né au sein de l’IFRA et l’EPIDE (Etablissement Pour l’Insertion Dans l’Emploi) de Lyon-Meyzieu. Cet établissement aide les jeunes de 18 à 25 ans qui ont le plus de difficultés à trouver un travail ou une formation. Initialement, notre partenariat naît d’une volonté de proposer un parcours de remise à niveau intensif basé sur 3 jours de formations consécutifs à Villeurbanne. Nos équipes construisent alors une formation centrée sur le français et les savoirs de base avec quelques éléments de mathématiques et de raisonnements logiques correspondant aux besoins des individus.

Aujourd’hui, notre volonté commune est de créer un parcours de formation en amont des parcours proposés à l’EPIDE. Cette formation aura pour but d’amener les jeunes au niveau minimum requis en français (niveau A2 du CECRL) avec leur intégration aux effectifs de l’EPIDE via un contrat de Volontaire Insertion.

 

Une réussite significative pour le groupe

Après diverses séquences d’apprentissage par le biais de plusieurs méthodes (comme la pédagogie Gattegno), des tests de positionnement ont été proposés aux stagiaires. Ceux-ci avaient pour but de déterminer le niveau initial, en cours et à l’issue de la formation des apprenants.

Une progression significative est tellement remarquée pour l’ensemble du groupe que leur durée de formation fût réduite. La complémentarité de l’équipe pédagogique, le suivi administratif et le lien constant avec les responsables des jeunes au sein du centre EPIDE, dont Mme Quatrehomme, cheffe des services d’insertion, ont pu donner des résultats plus que satisfaisants.

L’IFRA a par la suite participé aux Journées Portes Ouvertes du centre EPIDE de Lyon-Meyzieu et un prochain groupe est prochainement attendu dans nos locaux de Villeurbanne.

 

Les stagiaires OFII en atelier cuisine Paul Bocuse

Les stagiaires OFII en atelier cuisine Paul Bocuse

IFRA

Les stagiaires OFII en atelier cuisine Paul Bocuse

Une initiative qui a du goût

En 2015, le CFEU (repris par l’IFRA en 2016) participait à la semaine d’intégration avec la préfecture du Rhône. A cette occasion, les stagiaires ont pu bénéficier d’un atelier Paul Bocuse avec Tabata Bonardi à l’institut situé place Bellecour. Suite à cette initiative, nous avons invité des cuisiniers de l’institut Bocuse dans notre centre de Vénissieux où les stagiaires ont partagé leur savoir-faire et créé des liens autour de la thématique « Epices à mon goût ».

 

Un projet qui perdure

Elena JAMET, formatrice OFII au cœur de ce projet, continue d’amener nos stagiaires à l’institut pour des visites guidées. Elle organise toujours ces ateliers à Vénissieux afin de transmettre le savoir des recettes françaises et répondre à la thématique « Alimentation » de l’OFII. Les stagiaires voient aussi les recettes traditionnelles de leur pays. L’animation fonctionne alors par nationalité, chacune ayant 20 minutes pour réaliser son plat. Cela permet d’expliquer la recette en français, nommer les ingrédients, manipuler, parler des traditions et des souvenirs de famille. Ainsi toutes les thématiques OFII rentrent dans ce contexte-là et l’espace devient alors un vecteur de facilitation de l’apprentissage.

 

L’IFRA en sélection officielle du concours Je filme ma formation

L’IFRA en sélection officielle du concours Je filme ma formation

Divers, IFRA

L’IFRA en sélection officielle du concours Je filme ma formation

Le concours

Comme nous vous l’avions déjà présenté l’année dernière, JE FILME MA FORMATION est un concours ouvert à tous les établissements de formation de tous niveaux de France métropolitaine et qui dispensent une formation certifiante. Ce concours est également ouvert aux établissements d’outre-mer et des autres pays du monde entier, aux lycées Français à l’Etranger, CFA, centres de formation, universités, grandes écoles… Le but étant de mettre en valeur une formation en question. La vidéo de courte durée peut être réalisée par l’établissement ou par les individus en formation. Elle peut être intégralement produite par les jeunes de l’établissement sous l’autorité d’un référent, avec ou sans budget. D’autres font aussi le choix de faire appel à un professionnel pour réaliser les images.

 

Sélection oficielle

Après étude de l’intégralité des vidéos des participants, les jurys retiennent une sélection officielle pour la suite de la compétition. Seulement cette sélection peut ainsi espérer remporter les trophées de Bronze, d’Argent, d’Or et le plus prestigieux d’entre eux : le trophée de Diamant. Ce dernier sera remis par la présidente du jury Wendy Bouchard, lors de la cérémonie qui se déroulera le 21 mars au Grand Rex à Paris.

 

Ainsi, près de 300 vidéos sont retenues cette année et l’IFRA est heureux d’annoncer sa présence en sélection officielle pour la seconde année consécutive. Inscrit en catégorie libre, le sujet de la vidéo est axé sur l’Entreprise d’Entraînement Pédagogique.  Sylvie Bouvier, chargée de développement et Julie Prigent, reférente opérationnelle, ont encadré ce projet avec la participation des stagiaires de l’EEP de Chambéry : Presta’Zen. 

 

En attendant le verdict des jurys vous pouvez voter et commenter leur vidéo ici.

 

L’IFRA félicite son équipe et ses stagiaires pour cette réalisation et souhaite bon courage à tous les participants pour la suite de l’aventure 

 

Synopsis :

Dans le cadre d’un numéro spécial d’Enquête de Formation, la curiosité de l’équipe de ce magazine, présenté par Sylvie B, vous conduit jusqu’à l’IFRA de Chambéry où se trouve Presta’Zen, une des Entreprises d’Entraînement Pédagogique (EEP) de l’organisme de formation. L’équipe vous emmène au cœur d’un concept qui valide des compétences et booste l’employabilité. Bienvenue dans une fausse entreprise qui forme pour de vrai ! © Je Filme Ma Formation – IFRA 2018